Le système de la retraite en France est basé sur le principe de la répartition. C’est à dire que les actifs paient pour les retraités. Constitué de différents niveaux, selon le régime social et la catégorie socio-professionnelle, il subit de plein fouet les mutations démographiques et la conjoncture économique. En effet, le rapport actifs / retraités ne cesse de se dégrader et le chômage n’arrange rien à l’affaire. Les réformes successives ont eu le mérite de colmater les brèches mais jamais le courage de remanier le système en profondeur.

On observe aujourd’hui encore de nombreux systèmes spécifiques qui révèlent de grandes disparités selon les corporations et le clivage public / privé.

Une certitude, nous devrons travailler de plus en plus longtemps pour prétendre à une retraite à taux plein. Si l’âge légal est aujourd’hui de 62 ans, il devrait augmenter progressivement pour rejoindre celui de nos voisins européens.

Le taux de remplacement, rapport de la retraite sur le dernier revenu d’activité est très variable selon le régime social et le niveau de revenu.

Globalement, il peut aller de 25 % à 75 % !

Un principe, plus le revenu est élevé, plus le taux de remplacement diminue. C’est ainsi que les cadres auront souvent des retraites inférieures à la moitié de leur dernier revenu d’activité.

Un constat clair s’impose alors : évaluer et préparer  !

Évaluer progressivement sa retraite pour pouvoir mesurer les efforts d’épargne à réaliser et commencer le plus tôt possible à épargner afin de rendre la chose plus facile et supportable financièrement sur la durée.

Différentes enquêtes font un constat plutôt alarmant sur nos comportements face à la retraite :

Vous considérez la retraite comme une nouvelle vie, un loisir, un moment d’épanouissement, un temps pour soi, avec les autres.

Si tout cela vous donne une image très positive de la retraite, vous êtes en même temps majoritairement inquiets sur son financement sans savoir pour la plupart combien vous toucherez précisément.

Vous êtes ainsi seulement quatre sur dix à considérer que vous disposerez de ressources suffisantes.

Les Français sont aussi ceux qui épargnent le moins en Europe en vue de leur retraite, estimant ne pas avoir assez de ressources financières disponibles pour cela.

Plus surprenant, vous êtes nombreux à utiliser des placements très peu diversifiés, voire inadaptés à la retraite (produits d’épargne réglementée, assurance vie en euros, économies,etc..).

Si l’assurance vie constitue indiscutablement un outil intéressant pour compléter la retraite qui vous sera versée par les régimes obligatoires, elle est totalement insuffisante et ne permet pas de bénéficier d’avantages fiscaux en phase de constiution.

Par ailleurs, l’immobilier, qui constitue la pierre angulaire du patrimoine, ne permettra pas non plus de couler des jours heureux par son manque de liquidité.

Car s’il est bien évidemment souhaitable d’être propriétaire de son logement et d’avoir remboursé tous ses crédits à horizon de la retraite, il faut aussi bénéficier de revenus qui permettront de faire de cette nouvelle vie une vie dense et heureuse.

Les solutions ne manquent pourtant pas, que l’on puisse les mettre en œuvre à titre particulier ou bien dans le cadre de l’entreprise.

lotte-meijer-142578
beach-2090091_1920

Le premier placement dédié à la retraite est le PERP : Plan d’Epargne Retraite Populaire. Ouvert à tous, quel que soit votre statut ou votre métier, il permet de déduire les cotisations versées dans la limite de 10 % des revenus nets de l’année précédente avec un plancher et un plafond (3 923 € et 31 382 € pour 2017).

L’avantage fiscal sera d’autant plus élevé que vous êtes fortement imposé, ce qui rend le produit inintéressant si vous ne l’êtes pas ou peu. Attention, la sortie se fait sous la forme d’une rente viagère imposable au même titre que les pensions de retraite. La loi vous autorise à recueillir 20 % de l’épargne constituée sous la forme d’un capital. Par ailleurs, vous pourrez assortir la rente de différentes options visant à en assurer le versement (annuités garanties).

Il faut souligner que le PERP bénéficie également aux personnes sans revenus et permet aux foyers fortement imposés d’augmenter le montant déductible tout en constituant une retraite complémentaire pour le conjoint.

Si vous êtes travailleur indépendant (artisan, commerçant, profession libérale) ou encore gérant majoritaire de SARL ou associé unique d’EURL, vous pouvez également vous intéresser aux contrats de retraite Madelin. Les cotisations versées sont déductibles des bénéfices professionnels ou des rémunérations perçues en tant que dirigeant non salarié dans la limite de 10  % avec un plancher de 3 923 € et un plafond de 72 572 € en 2017.

Vous devez impérativement alimenter votre contrat madelin par des cotisations périodiques jusqu’à la retraite mais celles ci peuvent varier dans un rapport de un à dix. Le dénouement se fait obligatoirement sous la forme d’une rente viagère mais une sortie partielle en capital est actuellement à l’étude et pourrait être votée très prochainement.

La retraite Madelin est un excellent outil de diversification des placements retraite réservés aux travailleurs non salariés dont la rémunération excède le plafond de la Sécurité Sociale (le PERP octroie le même avantage jusqu’à cette limite).

Si vous êtes salarié et que votre employeur l’a mis en place, vous pouvez bénéficier d’un régime de retraite sur complémentaire par capitalisation, autrement appelé « régime article 83 » par référence à l’article du Code Général des Impôts qui fixe les règles et limites de déductibilité fiscale des cotisations versées. Régime collectif à adhésion obligatoire, il permet la constitution d’un compte individuel de retraite, générant des droits définitivement acquis, qui seront liquidés sous forme de rente viagère à l’âge légal du départ à la retraite. En cas de changement d’employeur, il est possible de transférer son compte individuel vers un réigme de même nature souscrit par une autre entreprise.

L’avantage de ce régime réside notamment dans le fait que l’employeur finance tout ou partie du régime. Il s’agit donc d’une forme de rémunération différée très attractive au plan fiscal et qui a vocation à fidéliser considérablement les cadres que le niveau de rémunération et la pression fiscale rendent particulièrement friands de ce type de périphérique du salaire.

Le PERP, comme la retraite Madelin ou l’article 83 sont des contrats par capitalisation qui ont donc vocation à compléter les retraites versées par les régimes obligatoires et, par ce biais, à améliorer le taux de remplacement décrit plus avant.

Ces régimes sont assortis de différentes options destinées à sécuriser et assouplir leur fonctionnement qui peut paraître assez rigide notamment par le manque de disponibilité de l’épargne et la sortie sous forme de rente viagère.

A noter que différents cas prévus par la loi autorisent toutefois un déblocage anticipé ou une sortie partielle ou totale en capital.

En tant que salarié, vous pouvez également bénéficier du Plan d’Epargne Retraite Collectif (PERCO).

Ce système est une variante des mécanismes d’épargne salariale dédiée à la retraite. Après le Plan d’Epargne Entreprise (PEE), le PERCO a vocation à recueillir l’épargne issue de l’intéressement et / ou de la participation. En contrepartie du blocage de cette épargne jusqu’à la retraite, vous bénéficiez alors de son exonération d’impôt sur le revenu. L’attrait supplémentaire réside dans l’abondement de l’employeur qui peut atteindre le triple du versement, sans pouvoir dépasser 6 276 € en 2017. Contrairement aux produits précités, le PERCO peut prévoir une sortie en capital et de nombreux cas de déblocage anticipé existent (mariage, naissance, acquisition de la résidence principale, etc..).

Encore faut il que votre entreprise l’ai mis en place et qu’il y ait un abondement pour rendre le système vraiment attractif.

 

En matière de retraite, comme dans bien d’autres domaines, la vérité est dans la diversification des solutions existantes. Comme dit le vieil adage « il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier ». Laissez nous vous guider par une étude rigoureuse et objective et des préconisations adaptées à votre situation. Diligens Assurances, pour le meilleur et pour longtemps.

Vous souhaitez des informations personnalisées ?

* Champ obligatoire

En application de la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et le cas échéant de suppression des données vous concernant et pouvez vous opposer à leur traitement pour des motifs légitimes. Ces droits peuvent être exercés, en justifiant de votre identité, sur simple demande écrite adressée à : OG Assurances – 15, Rue Voltaire – 59 800 LILLE ou reclamation@diligens-assurances.com.


Rappel gratuit